Sport avec un protège-dents – à quel point est-ce dangereux ?

En raison du virus corona, les masques faciaux sont obligatoires en Allemagne dans le commerce de détail, chez les coiffeurs et dans les transports publics en bus et en train. Les masques seront également bientôt portés dans les studios de fitness. Mais en quoi est-ce utile ? Et les joggeurs doivent-ils également porter un masque de protection à l’air frais ?

Le bon masque pour la salle de sport

En salle de sport, les sportifs doivent de préférence utiliser un masque composé d’un Mélange nylon-élasthanne consiste. Ce mélange de tissus s’apparente à celui des chemises de sport ou des maillots de bain et a la propriété particulière sécher rapidement. Les masques en coton ou les masques chirurgicaux ainsi que les masques FFP pénètrent trop rapidement et sont donc le terreau idéal pour les virus, les bactéries et les germes. en outre la saturation en oxygène diminue dans le corps lors du port de masques en coton jusqu’à cinq pour cent, avec des masques FFP2 même jusqu’à sept pour cent, car ces derniers ne laissent pas passer suffisamment d’oxygène. Cela peut être dangereux !

Masque pendant l’entraînement – vous devez considérer ceci :

Il est maintenant important que les athlètes écoutent leur corps pendant l’entraînement et interrompent ou arrêtent l’entraînement si la charge est trop élevée. Avec un protège-dents, la résistance augmente, rendant la respiration encore plus difficile, c’est pourquoi par ex. B. Les asthmatiques et les patients atteints de MPOC ne doivent pas s’entraîner avec un masque en studio. Si le corps aspire trop peu d’oxygène à travers le masque, cela se traduit par une Se sentir faible, étourdi et généralement indisposé.

Pour le conception de la formation il est conseillé de réduire les exercices d’endurance HIIT de 20% et l’entraînement en force même de 30%. Un entraînement modéré a désormais du sens pour ne pas surcharger les poumons et le corps. Il est également utile de surveiller la fréquence cardiaque. Avec une charge continue, par ex. B. lors de la course sur le vélo elliptique, le pouls ne doit pas dépasser une valeur de 190 moins l’âge.

Passionnant aussi : Mesurer correctement le pouls >>

Adaptation physique comme avec l’entraînement en altitude ?

Lorsque vous faites de l’exercice, votre corps a besoin d’oxygène, qui pénètre dans le corps par une inhalation plus profonde et plus fréquente. Les muscles des bronches et des poumons doivent travailler plus fort. S’il y a un manque d’oxygène, les reins produisent plus d’érythropoïétine. En conséquence, le corps produit plus d’hémoglobine et de globules rouges, ce qui améliorerait l’absorption d’oxygène. Les masques d’entraînement spéciaux, qui sont utilisés pour imiter les événements de l’entraînement en altitude, promettent d’habituer le corps à un apport d’oxygène inférieur. Cependant, cela n’est pas prouvé. Avec un masque en tissu ou un simple masque facial chirurgical, aucun effet positif en termes de transport d’oxygène dans l’organisme ne peut être attendu.

Un masque n’a aucun sens dehors

En fait, il est suffisant pour les joggeurs, cyclistes et sportifs s’ils gardent une distance suffisante (au moins 1,5 mètre) des autres personnes à l’extérieur. Le risque d’infection est alors extrêmement faible. Un masque n’a donc aucun sens pour les sportifs. Afin de minimiser également le risque d’infection, les parcs avec de nombreuses personnes faisant du jogging doivent être évités. D’une part, c’est épuisant de courir constamment dans la foule en slalom, d’autre part, le risque d’infection est plus élevé.

Passionnant aussi : 7 erreurs à éviter lors du port d’un masque de protection >>

Risque plus élevé d’infection dans le sillage

Les joggeurs qui sont dans le sillage un autre jogger en cours d’exécution. Ici aussi, il y a assez de distance avec le bien dix mètres important car les virus restent dans l’air pendant un certain temps avant de tomber au sol. Pour poussettequi suivent d’autres personnes dans le sillage, sont valables pour env. distance de cinq mètrespour Cyclistes à 20 mètres. Une étude Les universités d’Eindhoven (Pays-Bas) et de Louvain (Belgique) avaient montré que les athlètes dans le sillage et à une distance de seulement 1,5 mètre avaient un risque accru d’avoir des aérosols, c’est-à-dire de très fines gouttelettes, sur leur visage.